Restauration

Restauration municipale
Restaurant scolaire de l’école Jules Ferry

Chaque jour, le service de la restauration municipale confectionne plus de 800 repas dans la cuisine centrale pour être ensuite livrés dans les restaurants scolaires, les crèches et chez les personnes dépendantes de la commune (portage des repas à domicile).

Éducation au goût et à l’équilibre alimentaire

Labellisée « Ville active du PNNS » (Programme National Nutrition Santé), la commune d’Aucamville s’est engagée à lutter contre l’obésité et la malnutrition en encourageant, notamment, la consommation d’une alimentation saine et équilibrée. Sélection rigoureuse des fournisseurs dans le cadre des appels d’offres (produits labélisés, filières courtes…), traçabilité des procédures, produits frais, hygiène contrôlée par le Laboratoire Vétérinaire Départemental, menus élaborés avec l’aide d’une diététicienne, contribuent à garantir la sécurité alimentaire et l’équilibre nutritionnel des repas servis.

Tout au long de l’année, le service de restauration municipale développe, avec les équipes d’animation du temps périscolaire, des actions de sensibilisation au goût, à la diversité alimentaire et à la découverte de nouveaux produits.

Aucamville, ville signataire de la Charte qualité AGORES

signature charte qualité AGORES
Signature charte qualité AGORES par Gérard André, maire d’Aucamville et Christophe Hébert, président d’AGORES, lors de l’inauguration de la nouvelle cuisine centrale municipale en 2013.

 

 

Le service restauration d’Aucamville est membre actif de l’association de la restauration collective territoriale AGORES, un réseau national de cuisines de collectivités territoriales.

Celle-ci a mis en place une Charte Nationale Qualité qui propose aux collectivités locales et aux professionnels de la restauration publique de s’inscrire dans une dynamique d’amélioration continue englobant tous les aspects de la restauration publique : formation des personnels, hygiène, nutrition et sécurité, qualité et organisation des repas, surveillance, information des familles, rôle social et éducatif…

Cette Charte s’appuie sur trois piliers fondamentaux :

  • une « cuisine de village » à l’écoute des besoins multiples et réels de chaque collectivité,
  • un restaurant lieu d’accueil, cadre de vie éducatif et convivial, respectant la norme NF X50-220,
  • une gestion rigoureuse par un professionnel engagé au service de la collectivité.

En 2013, à l’occasion de l’inauguration de sa nouvelle cuisine centrale, la ville a affirmé sa volonté d’assurer un service et un accueil de qualité en signant la Charte Nationale Qualité AGORES.

 

Proposer des repas de qualité au meilleur coût

De la sélection des fournisseurs au compostage des déchets, en passant par l’ajustement des portions servies ou l’incitation à goûter les aliments, chaque étape concourt à proposer des repas de qualité au meilleur coût

introduction du bio
Depuis janvier 2017, 20 % des produits cuisinés ou servis dans les restaurants scolaires d’Aucamville proviennent de l’agriculture biologique régionale.

 

Depuis plusieurs années, le personnel de restauration, les animateurs des accueils périscolaires, les enfants, l’agent chargé du développement durable et le service espaces verts ont œuvré pour proposer des repas de qualité et équilibrés, éduquer les enfants au goût et à l’équilibre alimentaire, privilégier des filières courtes, lutter contre le gaspillage alimentaire et recycler les déchets organiques produits dans les restaurants scolaires. L’introduction de produits bio et locaux dans les menus s’est inscrit elle aussi dans cette démarche.

 

En 2015, la restauration municipale se rapproche d’ERABLES 31, l’association départementale des producteurs bio, pour intégrer 20 % de produits issus de l’agriculture biologique dans ses menus. Un appel d’offres est élaboré pour sélectionner huit fournisseurs bio (épicerie, fruits et légumes, légumes secs, fromages, yaourts, viandes et pain), le plan alimentaire a été remis à plat et des procédures ont été mises en place pour réduire les coûts en travaillant sur le contenu des assiettes, la réduction du gaspillage et le recyclage des déchets organiques. Ainsi, l’introduction du bio n’a aucune incidence sur le prix des repas.

Le bio, quel intérêt ?
Consommer des produits issus de l’agriculture, de l’élevage ou de la transformation biologiques dans le cadre de circuits courts contribue à encourager l’économie locale (producteurs régionaux) et à préserver la santé et l’environnement (absence de produits ou de procédés chimiques nocifs et moins d’émissions de CO2). L’ensemble de ces conditions a des effets positifs sur la qualité générale des produits.

 

Une approche sociale dans la tarification

Chaque famille paie en fonction de ses ressources qui sont appréciées par le quotient familial tel qu’il est fourni et calculé par la Caisse d’Allocations Familiales.