Retour : toutes les actualités

Test sur l’extinction partielle de l’éclairage publique

À compter du 1er octobre, la commune va expérimenter l’extinction nocturne de l’éclairage public dans plusieurs de ses rues. Objectifs : réaliser des économies d’énergie et lutter contre la pollution lumineuse en ville.

Alors que le réchauffement climatique et la réduction des dépenses publiques incitent les pouvoirs publics à modifier leur fonctionnement et leurs pratiques, bon nombre de communes s’intéressent à la faisabilité d’éteindre l’éclairage public aux heures les plus calmes de la nuit.

Une phase d’expérimentation d’un an
En partenariat avec le SDEHG (Syndicat Départemental d’Électricité de la Haute-Garonne), la commune souhaite réaliser une expérimentation d’un an dans
plusieurs rues*, choisies pour leur caractère résidentiel et la facilité de mise en oeuvre du test (réseaux de réverbères commandés par des coffrets avec horloges programmables).

Du 1er octobre 2017 au 30 septembre 2018, les candélabres de ces rues s’éteindront de 1 h à 5 h du matin. À l’issue de cette phase d’essai, la commune dressera un bilan, qui tiendra compte à la fois de l’évolution des consommations d’électricité et des coûts de fonctionnement, de l’incidence sur les délits et actes d’incivilité et du retour d’expérience des habitants.

Voies concernées par l’expérimentation : rues du Bois fleuri, Canto La Ouzeto, des Abeilles, places des Chardonnerets, des Alouettes, des Goélands, des Fauvettes, place du Chant du Merle, place des Mésanges, place des Pinsons / Rue Saint Exupéry / Chemin Camparnaud, impasses des Cèdres, des Saules et Got.